Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Antoine - un air d'été

Richard ANTHONY - L'incendie

Daniel BALAVOINE

Alain Bellec - Auteur, compositeur, interprète né en 1935

BASHUNG - Auteur, compositeur interprète, comédien décédé en mars 2009

Etienne DAHO - Le Grand Sommeil

Michel DELPECH

Tricia EVY

Le public venu écouter Tricia Evy, dans le cadre du festival Joly Jazz, a bien compris qu’il ne suffit pas d’interpréter les standards des plus « grands » pour être considérée comme tels. Ce soir-là, c’est bien l’apport personnel qui a fait la différence.

Il n’a d’ailleurs pas été nécessaire d’être placé au premier rang pour apprécier l’hommage fait aux racines antillaises du premier morceau « Fanm Martinik dou » issu de l’album « Beginning » et pour s’apercevoir qu’une grande complicité existe au sein du trio de musiciens.  Après l’excellent « This can’t be love », est venue la présentation du pianiste David Fackeure (né à Dunkerque) et du contrebassiste Thierry Fanfant, suivi du non moins excellent « Everytime we say goodbye » de Cole Porter. La bossa nova de « Modinha » extrait de l'album « Meet me », a ensuite annoncé la couleur. 

Effectivement le ti punch a manqué au début du concert pour réchauffer l’atmosphère. C’est sans compter l’humour avec lequel la chanteuse a rebondi sur les facéties de ses compères. « Meet me on the bridge » et « Siboney » ont donc conduit les « voyageurs » d’Australie au traditionnel « Wongal » d’Haïti. Enfin, la biguine de « Ti commission là », dans la chaude ambiance orange d’une scène intimiste, les a mis à contribution comme tout antillais se doit d’amener un souvenir de ses voyages. En fait Tricia Evy n’a ni eu besoin des boucles d’oreilles magiques qui apportent l’amour dans « Golden earrings » (issu du premier album « Beginnings ») ni de la biguine (qui est la musique du cœur) pour conquérir, naturellement, avec émotion chaleur et sensibilité, celui des participants. Il lui a suffit d’un Stan Getz revu et corrigé ainsi que du célèbre « Je me suis fait tout petit » du Brassens de son enfance en final jazzy pour démontrer aux plus sceptiques, façon Louis Armstrong avec « On the sunny side of the street », qu’il n’y a pas que de l’autre coté de la rue que le soleil brille.  

Jean FERRAT - Parolier, musicien, compositeur, chanteur engagé et poète décédé en mars 2010

Les FORBANS

Jean-Jacques GOLDMAN - Au Bout de mes Rêves

Thierry HAZARD

Michel JONASZ

Si l'instant présent est important, la place des souvenirs, faute de nouveautés, revêt parfois un intérêt particulier. Pour le concert du 15 juin 2014, accompagné du pianiste et compositeur Jean-Yves d'Angelo, le chanteur a distillé alternativement duos, humour et dualité. Duos intimistes entre musiciens, face au piano dans Tombent les feuilles, au piano face à l’accordéon des Odeurs d’Ether. Duos avec le public, salle éclairée, sur les rythmes du blues, de La bossa, de Boléro sur fond de confidences, micros en poche pour les percussions. Dualité des thèmes privilégiés tels l’amour avec j’t’aimais tellement que j’t’aime encore ou le temps qui passe pour un rendez-vous en l’an 3000 avec Les Fourmies rouges, au mélodica.  
Dualité encore, des émotions portées par les valeurs porte-bonheur avec Super Nana ou les envolées rythmiques de la Boîte de jazz du second rappel et celles des titres moins connus, revisités dans un nouvel écrin musical, que seul le piano-voix révèle. Entre la sincérité du j’veux pas qu’tu t’en ailles clamé dans la salle et l’intensité de y’a rien qui dure toujours ou de Guigui, il y a eu un grand moment de bonheur, de partage entre les artistes et le public au sein duquel les physionomistes ont pu reconnaître Liane Foly.
Michel Jonasz

Michel Jonasz

Marc LAVOINE

Lynda LEMAY

Alain MARECHAL - The Good Life

Elli MEDEIROS - Actrice et chanteuse

Hubert MOUNIER - Succès de Larmes

Hubert MOUNIER, compositeur, fondateur et chanteur du groupe L'Affaire Louis Trio, est décédé en mai 2016, 

Jakie QUARTZ - Mise au point 1983

Michel SARDOU

J' t' imagine - Yves SIMON

La Ballade de Jim - Parfois au bout de la route, il n'y a pas d'hôpital (dédié à Antoinette)

Chanteur et musicien Franco-algérien né en 1958 dont la musique est inspirée par le Raï, le Chaâbi, la Techno, le Rock n' Roll et le Punk

Les Têtes Raides - Emma

Les Têtes raides, groupe phare de la chanson néoréaliste et du rock alternatif français ont fêté leurs vingt ans de scène. « Expulsez-moi », la chanson-étendard du dixième album, a bien fait parlé de lui, comblé les fans et agacé ceux qui ne goûtent pas la chanson engagée. En deux décennies et à l'écart des médias, ces infatigables saltimbanques ont su renouveler la scène française en redonnant tout son lustre à la musique de rue. Loin de se reposer sur son million passé de disques vendus, le groupe réaffirme son intégrité artistique, son implication citoyenne et sa singularité. 

 

Touch and Go

Partager cette page

Repost 0
Published by Mikobalt